Manif unitaire CGT-FSU-Solidaires : Pour le Progrès social, la solidarité, la paix, Contre les idées d’extrême droite

Les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises confirment les risques pour la démocratie, les droits des salariés et des citoyens.
Ils sont les résultats des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à œuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux. Pour autant, depuis des mois, de nombreux salariés et citoyens contestent ces choix, s’opposent aux mauvais coups, tels la loi travail et la loi Macron et se mobilisent avec leurs organisations syndicales.
Pour la deuxième fois dans le pays, sous la Vème République, une candidature d’extrême droite, représentée par le front national, sera présente au second tour des élections présidentielles. C’est un danger pour la démocratie, la cohésion sociale et le monde du travail. Les gouvernements, qui depuis 2002 se sont succédés sans jamais répondre aux aspirations légitimes à plus de justice sociale, sans ouvrir de perspectives d’avenir meilleur, en portent une lourde responsabilité !
Nous ne devons pas nous résoudre à accepter un tel scénario. Les salariés doivent, plus nombreux et plus fort, exprimer leurs attentes et leurs exigences revendicatives, faire grandir des mobilisations convergentes capables d’imposer un rapport de force pour gagner de nouveaux droits. Seul le progrès social favorise les solidarités, participe à combattre l’exclusion, les stigmatisations, les mises en concurrence.
L’utilisation des peurs, du terrorisme, les amalgames éhontés entendus lors de la campagne, la xénophobie, le racisme, le sexisme et l’homophobie, la préférence nationale ne résoudront pas les inégalités, le chômage et les bas salaires.
Pas une voix ne doit se porter sur la candidate* d’extrême droite!
L’autoritarisme des gouvernements successifs, les engagements non tenus ou les reniements, le renoncement à une Europe sociale, les dénis de démocratie, l’utilisation à répétition du 49.3 et les politiques menées ont cultivé la désespérance et le fatalisme d’une partie de la population. Cela est renforcé par la casse de l’industrie et des services publics, la montée du chômage et de la précarité, l’abandon des zones rurales et périurbaines.
La FSU 87 appelle à faire du 1er mai une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative exceptionnelle, une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.
*Avec sa candidate qualifiée au second tour de l’élection présidentielle et en tête dans 47 départements, le Front national n’a jamais été aussi proche du pouvoir. Son programme est à l’opposé des objectifs et des valeurs que porte la FSU. Son histoire, ses alliances internationales et ses pratiques prouvent que ce parti est profondément antidémocratique et xénophobe. Il constitue une menace majeure pour nos droits et nos libertés. 
Dans les communes où il est en responsabilité, ce parti qui prétend parler « au nom du peuple » et des « petits », s’attaque au milieu associatif et culturel, fragilise le service public et n’hésite pas à exercer des pressions sur les agents municipaux. Récemment encore, sa candidate menaçait des fonctionnaires, notamment les magistrats. L’accession de celle-ci à la tête de l’État serait un désastre.

Bien que le danger ne soit pas de même nature, le programme du second candidat est porteur de graves reculs sociaux. Dans un contexte de chômage de masse, il veut supprimer 120 000 postes dans les services publics qui se dégradent déjà faute de personnels. Il dit vouloir « libérer le travail », c’est-à-dire aggraver encore la précarité des salariés et restreindre leurs droits. Il déclare vouloir gouverner, dès cet été, par ordonnances au mépris de la démocratie. Son programme, c’est en définitive renforcer encore les politiques menées depuis plus de trente ans et qui sont responsables de la montée de l’extrême droite dans notre pays.
Publié dans Evènements | Commentaires fermés sur Manif unitaire CGT-FSU-Solidaires : Pour le Progrès social, la solidarité, la paix, Contre les idées d’extrême droite

Manifestation du 1er Mai à LIMOGES

Télécharger l’appel unitaire en cliquant ici

 

Publié dans Publications | Commentaires fermés sur Manifestation du 1er Mai à LIMOGES

Mag’ des Ateliers n°3

Télécharger le « Mag’ des Ateliers n°3 »

Publié dans Publications | Commentaires fermés sur Mag’ des Ateliers n°3

Signez la pétition de la FSU-Territoriale adressée au gouvernement.

CLIQUEZ ICI POUR SIGNER LA PETITION EN LIGNE !!

TRAVAILLEURS SOCIAUX : BAC + 3 POUR TOUTES  ET TOUS ET MAINTENANT LA PAROLE DONNÉE DOIT ÊTRE RESPECTÉE !

Signez la pétition de la FSU-Territoriale  adressée au gouvernement.

Monsieur le Premier Ministre   Votre gouvernement, a publié au JO du 29 mars, un arrêté  classant les diplômes d’État d’assistant de service social, d’éducateur spécialisé, d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur technique spécialisé et de conseiller en économie sociale familiale, au niveau 2 de la nomenclature des niveaux de formation ; soit au grade universitaire de licence.

Or, contre toute attente, cette décision est assortie d’une condition restrictive majeure : seuls les diplômes « obtenus à l’issue d’une formation entamée à compter de la rentrée scolaire de septembre 2018 » seront classés au niveau 2 donc homologués Bac+3.

Pour les autres, c’est à dire l’ensemble des professionnels aujourd’hui en exercice, la reconnaissance de leur niveau de qualification reste inchangée. Il en sera de même, jusqu’en 2018, pour les étudiantes et étudiants en formation.

Cette décision est une véritable provocation. Elle témoigne d’un mépris et d’un manque de considération pour les travailleurs sociaux.   Dans ce type de situation, il est de règle que les personnels concernés bénéficient d’une mesure de  rétroactivité en raison de la reconnaissance de leur expérience professionnelle. Qui pourrait imaginer dans une équipe de travail des collègues titulaires des mêmes diplômes mais dont la valeur serait différente en raison de la date de leur obtention?  Comment comprendre que, dans la Fonction publique, le 1er février 2018 tous les travailleurs sociaux (ex CII cat B) passent en catégorie A, mais avec un diplôme qui resterait au niveau Bac+2 ?

Pour toutes raisons, nous vous demandons d’intervenir dans les meilleurs délais pour que l’ensemble des travailleurs sociaux concernés-es voit  leurs diplômes classés au niveau II du RNCP et bénéficie d’une homologation à Bac+3.

 

Premiers signataires de la pétition :

 

Didier Bourgoin, Educateur spécialisé 93

Hervé Heurtebize, Educateur spécialisé 94

Hélène Puertolas, Assistante sociale 11

Anne Amigues, Assistante sociale 11

Gaëlle Cholet, Assistante sociale 18

Evelyne Serinet, Assistante sociale 37

Béatrice Fauvinet, Assistante sociale 37

Pascale Begnon, Educatrice spécialisée 37

Patrick Couette, Educateur spécialisé 15

Emmanuel Samson, Assistant social 34

Daniel Clérembaux, Educateur spécialisé 87

Jennifer Bartholomew, Assistante sociale 87

Corinne Labrousse, Educatrice spécialisée 87

Ludovic Martin, Educateur spécialisé 23

Claudine Amoros Assistante Sociale 13

Séverine Parrot Assistante Sociale 75

Ingrid Merat Assistante Sociale 75

Marilène Richard-Fraces Assistante Sociale 84

Claudine Berlioz-Barbier Assistante Sociale 84

Corinne Camille Assistante Sociale 93

Catherine Ceysset Assistante Sociale 93

Yves Rousseau Educateur Spécialisé 93

Patrick Joly Educateur Spécialisé 93

Khaled Benlakhif Educateur Spécialisé 93

Rémy Adell Educateur Spécialisé 93

Isabel Guidonnet Educatrice de Jeunes Enfants 94

Caroline Giraud-Heraud Educatrice de Jeunes Enfants 94

Guillaume Munoz Educateur Spécialisé 94

Marion Herouet Assistante Sociale 94

Azzouz HOUAMED, chargé de mission à l’action sociale 94  

Daniel Clerembaux pour le syndicat INTER87-FSU

Publié dans Publications | Commentaires fermés sur Signez la pétition de la FSU-Territoriale adressée au gouvernement.

Travailleurs sociaux : LA PAROLE DONNÉE DOIT ÊTRE RESPECTÉE !

Signez la pétition de la FSU-Territoriale adressée au gouvernement.

Télécharger le communiqué de presse du SNUTER

 

Signez la pétition de la FSU-Territoriale adressée au gouvernement.

Publié dans Publications | Commentaires fermés sur Travailleurs sociaux : LA PAROLE DONNÉE DOIT ÊTRE RESPECTÉE !

« Nou tout guyanais !»

Télécharger la motion du BDN sur la situation en Guyane

Publié dans Publications | Commentaires fermés sur « Nou tout guyanais !»

Le « vote FN » ne sera jamais une solution !!!

Télécharger le pdf de la motion du Bureau Délibératif National

Publié dans Publications | Commentaires fermés sur Le « vote FN » ne sera jamais une solution !!!

Circulaires Fonction publique « Temps de travail et maladie dans la Fonction Publique » : dangereuses sur le fond et inutiles sur la forme

Le jeudi 23 mars 2017, le ministère de la Fonction publique a présenté aux organisations syndicales deux projets de circulaires : l’une concernant « L’application des règles en matière de temps de travail » et l’autre « La prévention des absences pour raison de santé».

D’entrée de jeu, la FSU a averti le directeur de cabinet de la Ministre, qui animait cette réunion, du caractère inopportun de la période de parution de ces deux circulaires.

A l’heure où les fonctionnaires sont l’objet d’attaques incessantes concernant le temps de travail et/ou l’absentéisme, où, malgré le soutien de l’opinion publique, ils peuvent parfois être en proie au doute sur leur engagement au service de l’intérêt général tant les récriminations à leur égard sont fortes, ces deux textes stigmatisant pour l’image des fonctionnaires vont, de facto, contribuer à alimenter les discours populistes à l’encontre des agents et des services publics.

La FSU a insisté sur le fait qu’une telle démarche est dangereuse dans la période électorale actuelle.

Elle a également fait part de son étonnement concernant l’absence de concertation préalable à la rédaction de ces deux circulaires et sur le caractère comminatoire de leur rédaction. Comment les agents pourraient-ils être tenus responsables, du « bien fondé médical des arrêts de travail » par exemple, ou bien pourquoi rappeler des règles connues de tous si ce n’est la volonté mal cachée d’un rappel à l’ordre ?

En matière de temps de travail pourquoi vouloir revoir des organisations de travail qui ne posent aujourd’hui de problème à personne où encore pointer du doigt la responsabilité de l’encadrement lui aussi victime de conditions de travail dégradées ?

Ces deux circulaires n’ont donc actuellement comme seule utilité que de participer au « fonctionnaire-bashing » que la FSU n’a de cesse de condamner, ou de donner des gages, comme l’ont fait les récents propos de la Ministre dans la presse, à ceux qui voudraient remettre en cause la Fonction publique de carrière au profit d’une Fonction publique d’emplois.

La FSU a donc instamment demandé le retrait de ces deux projets de circulaire et elle regrette profondément l’entêtement de la Ministre de la Fonction publique à vouloir les publier en l’état.

La FSU a rappelé, pour finir, que la Ministre de la Fonction publique devrait, en conséquence, assumer seule la responsabilité du contenu de ces deux projets de circulaires.

Philippe CASTEL, chargé des relations avec la presse pour la FSU

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Circulaires Fonction publique « Temps de travail et maladie dans la Fonction Publique » : dangereuses sur le fond et inutiles sur la forme

C’est quoi ce travail !?

Cliquez ici pour télécharger le tract

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur C’est quoi ce travail !?

Mobilisation nationale des retraité-e-s

Cliquez ici pour télécharger l’appel à rassemblement

Publié dans Evènements, Publications | Commentaires fermés sur Mobilisation nationale des retraité-e-s